Louise 2, le retour…enfin, presque

Bientôt, ici :

Construction d’un nouveau feuilleton,

épisodes de 700 à 1400 mots, disposant  :

d’une illustration,

de liens instructifs,

de concours et demande de participation interactive.

« c’est pas trop tôt » ( Louise 2, le retour )

Mise en chantier : 20 août 2016

Date de livraison du premier épisode : 24 août 2016

(p’tain, fauk jmimett’)

 

L’avaleur n’attend pas (16)

« L’intrigue et le style, voilà ce qui caractérise tout  l’œuvre (1) de Christine » (Georges Simenon)

J’ai décidé, il y a quatre secondes, de rajouter des notes en bas de page. Ça fait chic, les notes en bas de page !  On a tout de suite l’impression de lire un truc sérieux, quelque chose qui se situe entre Wikipédia et un article de Frédéric Lordon (2) dans le « Monde Diplo ».

Sinon, est-ce que je vous ai dit que je participe au MOOC organisé par Isabelle B. « réussir à trouver le crayon, pour ouvrir les images dans un pop-up  juste en cliquant dessus » ? (niveau 1). Du coup, je mène cinq activités de front : écriture de l’épisode suivant, bidouillage des illustrations, réalisation de la video image par image, exercices d’application du MOOC évoqué ci-dessus, et surtout  invention de prétextes divers, mais plausibles, pour repousser la date de mon départ en vacances de quelques jours.

 Résumé : Dominique a mal à la tête.

Verduret était attablé devant sa bassine de Proutch qu’il sauçait de sa large tartine de Tordj’mil. Dominique chipotait son chou du bout de sa cuillère.

«  Allez, Dominique, ne vous laissez pas abattre ! Est-ce que je me laisse aller, moi ? » Read More

Y apad’ plaisir ! (15)

« Christine est à la littérature, ce que le glyphosate est à la culture. » (Monsanto)

J’ai avancé de 2 secondes sur ma bande-video-animée-hors-série ! Oui, bon, ok, j’ai dû tout recommencer hier soir, suite à un malencontreux mic-mac (indépendant de ma volonté, mais dépendant d’une initiative malheureuse).  Du coup, je me demande si je ne vais pas m’inscrire au MOOC « réaliser des video pro avec son smartphone ». Souat, je n’ai PAS de smartphone, mais JUSTEMENT, c’est l’occasion de trouver un prétexte plausible pour en acheter un et devenir ainsi une cinéaste célèbre (plutôt que rester un écrivain méconnu mais rigolo). C’est ça ou « Neurophysiologie cellulaire 1: Comment les neurones communiquent.(Aix-Marseille Université) », ça doit être bien aussi, remarquez, mais dans la poursuite de ma brillante carrière, il n’y a pas l’option « meilleure spécialiste du monde en neurobiologie ». Nan, j’vais plutôt me consacrer au Septième AAAAAAAAAaaaaaart, Cannes, Berlin, la Mostra. Faut pas viser trop haut au début.

Résumé : Les trois pieds nickelés se sont fait nickeler par les gardes  en voulant récupérer le Barondin dans la chambre de Blépaphore.

Le peloton de gardes encerclait les prisonniers. Il y en avait quatre devant, trois derrière, et deux de chaque côté (cf. fig.1). Read More

Où y a de l’Eugène…(14)

 « Si seulement j’avais eu le quart de son imagination ! » (Isaac Asimov)

J’ai trois nouveaux jouets : un ordinateur, une palette graphique et, et, et un logiciel video qui tient la route (nan, pas d’accent à video, cf Ciceron :  je développe pas, j’ai pas le temps). Depuis avant-hier, je me suis lancée dans un « tiroir » terrible : une bidouille animée  : tu bosses 16 heures, t’as 8 secondes d’animation. Ça ! ça, c’est du rendement !
Le projet (version courte) fait 1 mn 20. Faites le calcul (moi j’ai la flemme). (j’vais p’têt raccourcir un peu, notez bien, parce que mes journées n’ont que 24 heures et encore, pas toutes). Sinon, pour l’illustration « à la Une », qui est composée à partir de trois fichiers images différents, j’ai fait des recherches sur le web, genre : dynamite, pain de plastic, explosifs. Pour l’instant, tout va bien, je suis encore en liberté. (Si ma porte explose et que la BRI ou le RAID débarquent dans le salon, je compte sur vous pour me tirer de là…) A bientôt (peut-être).

résumé : Louise, Dominique, le Verduret arrivent à la ferme où se trouve la trappe qui permet d’accéder à un tunnel qui, lui-même, mène au château de Blépaphore. C’est pas concis, ça ?

Ils descendirent les quelques marches et s’engagèrent dans le tunnel. Read More

ad augustam, per angustas (13)

 » Faudrait voir ce que ça donne quand elle a fumé » (Richard Brautigan)

A ceux (zécelles) qui, comme Sylvie94, décrochent, n’arrivent pas à suivre, ne comprennent rien au calendrier niveau 1, confondent Nicéphore et Barondin, ne savent toujours pas qui est Diurne, je réponds : « C’est pas grave, vous pouvez juste regarder les illustrations ». (par exemple j’aime beaucoup celle du dessus, là, aujourd’hui…)

résumé : Louise apprend qu’à la rentrée de septembre, les postes de ses collègues non-titulaires ne seront pas reconduits et que les gens avec qui elle rigole bien vont quitter son établissement . Ça la gave grave. Du coup, elle a super mal à la tête. (comment ça, c’est pas ça, l’histoire ?)

« Ptain, j’ai pas l’ombre du début d’une amorce d’idée, résuma Louise, en reposant sa tasse de café. Vous avez une idée, vous ?  Read More

Grand concours !

affiche concours2

Pour ceux et celles qui n’ont pas reçu le mail…

Il y a évidemment de nombreux lots à gagner d’une valeur inestimable, cela va de soi…

Contrairement à ce que l’image pourrait laisser espérer, on ne gagne pas de fauteuil de plage (incasable dans un appartement standard, inutile dans la Beauce, provocateur en Normandie)

Non! on gagne peut-être :

1er prix : une photo de Louise
2ème prix : une dédicace spéciale et personnalisée de Louise
3ème prix : une photo de Dominique
4ème prix  et 5ème prix : la photographie d’une boite d’aspirine ayant appartenu à Louise.
6ème prix et suivants : une jolie poésie en Monte-Alti.
Le règlement du concours n’est pas disponible chez Me Rosette.
En cas d’égalité, une question subsidiaire départagera les éventuels ex-æquo.
Si malgré tout, les candidats ne pouvaient être départagés, il va de soi que je choisirai celui ou celle que je préfère. Dura lex, sed lex..

Vous trouverez le questionnaire

Si par le plus grand des hasards (pfffu j’vois pas pourquoi j’dis ça, tout marche parfaitement sur ce blog !) vous préférez remplir ça, de façon à être sûrs que je vais effectivement recevoir quelque chose, vous pouvez copier/coller le questionnaire ci-dessous et le renvoyer à l’adresse : c.fontvieille@orange.fr avant le 27 mars minuit, le cachet du mail faisant foi.

_____________________________________________________________

1.Comment s’appelle le premier géographe européen ayant pénétré au Monte Alto ?

2.Combien de cas optionnels, la langue monte-alti comporte-t-elle ?

3.A combien de mètres d’altitude culmine la capitale ?

4.Comment dit-on « café » en monte-alti ?

5.Avant d’utiliser les « couronnes » quelle monnaie était en vigueur au Monte Alto ?

6.Comment s’appelle l’emblème de Blépaphore ?

7. Quel pape a canonisé Sainte- Biaffine ?

8. En quelle année Dominique 1er a-t-il instauré la monarchie aléatoire quaternaire ?

9. Entrez ici votre réponse (*)

Question subsidiaire : entre le 1er et le 10ème épisode inclus, combien de comprimés d’aspirine Louise absorbe-t-elle ?

(*)La question 9 s’inspire directement de notre cher vieux MOOC saw. Si des ingénieurs de l’Ecole des Mines-Télécom ont pu commettre une question pareille, je peux aussi !

Des perles aux cochons (11)

 » Christine F est à la littérature ce que Jules Cesar est à la Guerre des Gaules » ( A. de Tocqueville)

1.Dans une quinzaine de jours, je pars en vacances.(oui, encore !)
2.Je n’emmène pas mon ordinateur dans le sac à dos, cette fois.
Donc,il reste à peine dix épisodes à cette histoire.
Tenez bon !
Après ? Ben… y aura une autre histoire (peut-être).

Résumé : Louise a mangé du Proutch, elle a trouvé ça bon : ça prouve que tous les goûts sont dans la nature.

Louise attendait. Il faisait plutôt frisquet. Elle avait revêtu un bermuda rouge en vison polyamide, de grosses chaussettes en tricot irlandais, un pull jacquard à l’effigie de Karl Marx et de jolis après-skis lacés. Dominique devait passer la prendre pour l’emmener à la Passation Diurne. Ils avaient rendez-vous à 7 heures.  Louise donc attendait, alternant une aspirine toutes les trois clopes. Sept heures glonguèrement lentement au clocher de Sainte Biaffine.
Comme il était sept heures et que Dominique était un type ponctuel, il arriva. (à sept heures, donc)… (donc, comme prévu). Read More

Non tantum…sed etiam (10)

« Elle écrit quand même des trucs plus rigolos que ce crâneur d’Homère ! » (Eschyle)

Je viens de découvrir la fonction « image à la Une ». Je m’étonnerai toujours. Si ça se trouve un jour, je comprendrai  à quoi sert »widget » ou comment utiliser les « pages parentes ». Au train où vont les choses,  ce blog aura une apparence de vrai blog dans même pas 20 ans.

Résumé : Blépaphore vient de destituer Nocturne, Louise a faim.

La foule brouhahatait toujours, c’est vrai quoi, c’est pas tous les jours qu’on assiste à une destitution. Read More

Thumendir attend ! (9)

le nain rouge

Le Nain Jaune rouge

« Quelle classe! »   (Tite-Live,  Ab Urbe condita, livre V)

 Je SAIS… je sais ce que vous allez me dire : « Oh la la, Christine, mais t’as pas écrit de page débile sur les « Saints Cartilaaaages » ! mais nous, on meurt d’envie de TOUT savoir sur l’origine de cette belle expression ! Fais quelque chose !  » Voilà ce que vous allez me dire, car je suis bien persuadée que cela vous taraude et pour certains d’entre-vous, même, vous obsède (le mot n’est pas trop fort !). Mes ami(e)s, je ne resterai pas sourde à vos pressants appels. (et en plus, j’ai rien à faire de 13 à 15 h30 aujourd’hui)( et puis j’ai justement sous la main une très jolie photo de cartilage, ça tombe bien !) (non ?)

Résumé pour Patou 45 (et les autres)  : Louise a faim, mais il n’y a rien à manger dans les cuisines du château de Blépaphore. La Passation  Diurne/Nocturne commence.

Une espèce de Nain Jaune, sauf qu’il était rouge, apparut en sautillant. Il pirouetta fort gracieusement, esquissa deux trois pas de danse, puis se figea. Il tira de sa poche droite un rouleau de papier qu’il déroula aux yeux de tous et qu’il récita : Read More