Où y a de l’Eugène…(14)

 « Si seulement j’avais eu le quart de son imagination ! » (Isaac Asimov)

J’ai trois nouveaux jouets : un ordinateur, une palette graphique et, et, et un logiciel video qui tient la route (nan, pas d’accent à video, cf Ciceron :  je développe pas, j’ai pas le temps). Depuis avant-hier, je me suis lancée dans un « tiroir » terrible : une bidouille animée  : tu bosses 16 heures, t’as 8 secondes d’animation. Ça ! ça, c’est du rendement !
Le projet (version courte) fait 1 mn 20. Faites le calcul (moi j’ai la flemme). (j’vais p’têt raccourcir un peu, notez bien, parce que mes journées n’ont que 24 heures et encore, pas toutes). Sinon, pour l’illustration « à la Une », qui est composée à partir de trois fichiers images différents, j’ai fait des recherches sur le web, genre : dynamite, pain de plastic, explosifs. Pour l’instant, tout va bien, je suis encore en liberté. (Si ma porte explose et que la BRI ou le RAID débarquent dans le salon, je compte sur vous pour me tirer de là…) A bientôt (peut-être).

résumé : Louise, Dominique, le Verduret arrivent à la ferme où se trouve la trappe qui permet d’accéder à un tunnel qui, lui-même, mène au château de Blépaphore. C’est pas concis, ça ?

Ils descendirent les quelques marches et s’engagèrent dans le tunnel. Read More

ad augustam, per angustas (13)

 » Faudrait voir ce que ça donne quand elle a fumé » (Richard Brautigan)

A ceux (zécelles) qui, comme Sylvie94, décrochent, n’arrivent pas à suivre, ne comprennent rien au calendrier niveau 1, confondent Nicéphore et Barondin, ne savent toujours pas qui est Diurne, je réponds : « C’est pas grave, vous pouvez juste regarder les illustrations ». (par exemple j’aime beaucoup celle du dessus, là, aujourd’hui…)

résumé : Louise apprend qu’à la rentrée de septembre, les postes de ses collègues non-titulaires ne seront pas reconduits et que les gens avec qui elle rigole bien vont quitter son établissement . Ça la gave grave. Du coup, elle a super mal à la tête. (comment ça, c’est pas ça, l’histoire ?)

« Ptain, j’ai pas l’ombre du début d’une amorce d’idée, résuma Louise, en reposant sa tasse de café. Vous avez une idée, vous ?  Read More

Thumendir attend ! (9)

le nain rouge

Le Nain Jaune rouge

« Quelle classe! »   (Tite-Live,  Ab Urbe condita, livre V)

 Je SAIS… je sais ce que vous allez me dire : « Oh la la, Christine, mais t’as pas écrit de page débile sur les « Saints Cartilaaaages » ! mais nous, on meurt d’envie de TOUT savoir sur l’origine de cette belle expression ! Fais quelque chose !  » Voilà ce que vous allez me dire, car je suis bien persuadée que cela vous taraude et pour certains d’entre-vous, même, vous obsède (le mot n’est pas trop fort !). Mes ami(e)s, je ne resterai pas sourde à vos pressants appels. (et en plus, j’ai rien à faire de 13 à 15 h30 aujourd’hui)( et puis j’ai justement sous la main une très jolie photo de cartilage, ça tombe bien !) (non ?)

Résumé pour Patou 45 (et les autres)  : Louise a faim, mais il n’y a rien à manger dans les cuisines du château de Blépaphore. La Passation  Diurne/Nocturne commence.

Une espèce de Nain Jaune, sauf qu’il était rouge, apparut en sautillant. Il pirouetta fort gracieusement, esquissa deux trois pas de danse, puis se figea. Il tira de sa poche droite un rouleau de papier qu’il déroula aux yeux de tous et qu’il récita : Read More

C’est du poulet ? (8)

« Longtemps je me suis couché de bonne heure, c’était avant d’avoir découvert le feuilleton de Christine F. »(Marcel Proust)

chateaublepah
résumé pour Patou 45 : Louise et Dominique doivent s’échapper d’une des granges car Louise veut assister à la passation de pouvoir du soir entre Blépaphore et Nocturne, et aller au concert le lendemain. Ils découvrent une trappe qui s’ouvre sur un escalier.

 

“ Dominiiiiique ? ça va ? ” Sa question restant sans réponse, Louise s’engagea dans l’escalier.
Il y faisait plutôt sombre, et Louise avait un peu les chocottes. Tâtant du bout du pied chaque marche, elle descendit de la sorte une douzaine de degrés. Contrairement à ce qu’elle pensait, elle ne heurta pas le corps de Dominique évanoui, ne lui marcha pas dessus, ne se vautra pas dedans. Read More

Vous m’en remettrez une douzaine (6)

 » Quelle merveilleuse description de la psychologie humaine ! Christine est à la croisée des paradoxes, naviguant entre romantisme et réalisme, pudique sur sa vie privée, exubérante et passionnée lorsqu’il est question de littérature  » ( Gustave Flaubert).
 (Vous remarquerez que j’ai presque inventé la seule phrase courte jamais écrite par Gustave Flaubert.)

résumé: Louise et Dominique vont trouver Nocturne pour obtenir des informations. Comme quoi, ces héros de feuilletons sont vachement naïfs.

Episode 6 : vous m’en remettrez une douzaine

tuyegdbildef

Oh! Quel joli faux billet d’un million de Tuyegd !

Dominique revint précisément à cet instant et entreprit de calmer Nocturne. Read More

Cette obscure clarté…(5)

« Quand on lit et relit les textes de Christine,
Devant ses inventions, souvent on hallucine. » (Pierre Corneille )

On m’a très gentiment signalé que mon splendide formulaire d’inscription renvoyait à une error 404 : j’ai envie de mourir. (Au brouillon et dans « aperçu » ça marchait. J’avais pris la précaution de m’inscrire moi-même et j’avais reçu mon auto-mail d’auto-inscription. Pourquoi le sort s’acharne-t-il à mettre en exergue mes incompétences (notoires) ?)

résumé : c’est vraiment le souk cette histoire.
Bon mais,enfin, en gros, Louise et Dominique ont été enlevés, ils s’évadent.

La grange crépitait gaiement. La poule, en revanche, expectora un gloussement de mécontentement. Louise et Dominique dévalèrent une pente avant de s’aplatir à l’abri d’un buisson de Frangipane : les hommes de Blépaphore revenaient en courant. Read More