Les « Saints Cartilages »

Biaffine naît en 1102.
En 1120, elle a une « révélation », elle consacrera sa vie à la xylogravure.

saintebiaffine revelation

La révélation de Sainte Biaffine

Du coup, plein de gens tout petits avec des coiffures bizarres et des franges ridicules (surtout celui qui est en haut à gauche) s’agenouillent à ses pieds, en lui disant que c’est une super bonne idée.

 

 

 

Dès le lendemain, elle fait l’acquisition d’une tablette en bois, d’un petit burin et d’un petit marteau.

sainte biaffine palette graphique

Sainte Biaffine écoutant les conseils de Saint Glin-Glin

Au début, elle a un peu de mal et tient le marteau à l’envers. Mais grâce au conseil de Glin-Glin, son confesseur (qui est aussi prof de xylogravure à ses heures perdues), elle rectifie son erreur et progresse rapidement.
Notons au passage, qu’en 1127, lors de l’invasion des hordes menées par Klondüç, le pauvre Glin-Glin sera découpé en tranches puis canonisé en 1154 par le pape Anastase IV.

 
En 1128, alors que Klondüç s’est proclamé Tyran du Monte-Alto, Biaffine grave un portrait peu flatteur de l’autocrate sanguinaire. Mal lui en prend, car Tyran n’a absolument le sens de l’humour.

 

sainte biaffine martyr

Martyre de Sainte Biaffine

Il envoie deux de ses soldats zigouiller la pauvre Biaffine. Le supplice est un peu long : ils sont myopes comme des taupes et n’arrivent absolument pas à viser correctement, du coup, ils doivent se mettre à 75 cm pour ne pas rater leur cible, c’est vraiment pitoyable. 57 flèches plus tard, alors qu’elle est toute transpercée de partout, Biaffine décide que ça suffit comme ça et elle meurt.

Le soldat qui a une cape rouge se rend compte qu’il avait un sabre et qu’ils auraient gagné du temps en lui coupant directement la tête. Du coup, ça l’énerve et il tranche le nez et les oreilles de Biaffine pour se calmer les nerfs. Il rapporte tous les bouts à Tyran.

 

Tyran est très content mais balance tout ça à la poubelle.
Là, il faut suivre parce que, bien que la coïncidence puisse sembler extraordinaire, elle est tout à fait réelle, et là, donc, le responsable des poubelles n’est autre que le cousin de Biaffine qui reconnaît immédiatement les oreilles de sa cousine ! (un peu moins le nez, qu’il prend pour un foie de lapin, du coup, il le jette.) Bref (car je sais être brève s’il le faut) il prend les oreilles qu’il met dans une boîte en attendant des jours meilleurs.
Jours meilleurs qui arrivent en 1128, lorsque Dominique renverse Tyran et le châtie. Là, le cousin repense à la boîte (« ah ptain, j’avais complètement oublié cette histoire d’oreilles » se dit le cousin en se frappant le front). Il ressort la boîte du tiroir de sa table de chevet, il l’ouvre et là, pof, qu’est-ce qu’il ne voit-il pas ? Les cartilages des oreilles en presque super bon état ! Du coup, il décide d’offrir la boîte à Dominique I, qui est super content du cadeau. (vous me suivez?)
Dominique fait faire un joli reliquaire pour les cartilages, mais finalement, on n’en mettra qu’un dedans (je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas tous les détails de l’histoire.)

saints cartilages

Saint Cartilage

Quand le Pape Honorius II vient en visite au Monte-Alto en 1129, il canonise Biaffine et ses morceaux. Bien qu’unique, la relique est entrée dans le langage courant sous une forme plurielle « Par les Saints Cartilages ! ». Elle traduit l’étonnement, l’agacement, la consternation.
De nos jours, on peut encore admirer les Saint Cartilages dans la nef de la cathédrale Sainte Biaffine, construite entre 1214 et 1269 au centre de la Capitale.(bon mais là, j’ai pas le temps tout de suite de vous raconter la construction de la Cathédrale…)