En attendant Louise (9)

J’ai fait un montage pour le MOOC, ça m’a pris des plombes… Je vous mets un lien sur un autre site « bidouilles 2016 ». Eh oui… y a du neuf dans ma vie ! Je ne dois pas avoir le même type d’humour que les gens qui m’ont évaluée, parce que je me suis fait laminer par deux pairs sur trois (ça plaira à « Moocpairophobie »). La prochaine fois, je respecte les consignes à la lettre !

résumé :  on en sait un peu plus sur Dominique…

le chamelier
J’ai mieux regardé et j’ai vu un petit nuage de sable qui semblait s’avancer vers nous. Au centre du petit nuage, je distinguais un petit point. Le petit point est devenu gros et s’est transformé en une espèce de bédouin sur une espèce de dromadaire. Soudain, le dromadaire et le type ont été vachement gros. Le type a arrêté la bête. Il s’est mis à farfouiller dans le gros sac qui pendouillait sur les flancs de l’animal, puis il a balancé le sac par terre. Il s’est lancé dans une longue tirade dont je n’ai pas saisi un traître mot. Dominique lui a répondu, et j’ai compris qu’ils venaient d’entamer une séance de marchandage. Ils ont discuté sec. Ça a duré longtemps. A la fin, ils ont dû se mettre d’accord, parce que Dominique s’est arraché quatre plumes qu’elle a refilées au mec qui a eu l’air satisfait.
Le type a fait faire demi-tour à sa bête, et il est reparti sans que j’aie eu même la possibilité d’en placer une. J’en suis resté comme deux ronds de flan.
Dominique farfouillait dans le sac et en a sorti une bêche, un arrosoir, du papier et des crayons et une grande enveloppe brune fermée avec du scotch.
«  Tu vois, hein, c’est vachement pratique d’acheter à l’arabe-du-coin. Je comprendrai jamais les gens qui préfèrent les grandes surfaces.
– Et les secours ? Tu lui as demandé pour les secours ??
– Ouaip. Il a fait passer le message…
– Mézenkor ? ai-je insisté en m’impatientant un tout petit peu.
– Ben, tu sais, son portable a plus de batterie, du coup, il a utilisé le téléphone arabe. » Elle se gondolait bêtement en se payant ma tête.
« Mais, non, rassure-toi.. je blague. Il m’a dit qu’il avait prévenu. Ça devrait plus trop tarder maintenant. »
Elle a remis dans le sac ce qu’elle en avait sorti, sauf l’enveloppe, qu’elle m’a tendue.
« Tiens c’est pour toi !  Mais tu ne devras l‘ouvrir que lorsque je serai partie. Tu me promets ? Croix de bois, croix de fer, si j’mens, j’ vais en enfer ?»
Je l’ai regardée et j’ai juste réussi à faire une grimace qui se voulait un sourire.
On a passé la journée sous la bâche. De temps en temps, elle en sortait pour se faire un café. J’ai suçoté les trois tubes de compote en l’écoutant parler. Je n’avais pas du tout envie que le soleil décline. Je savais qu’au matin elle ne serait plus là.
Mais le soleil n’a pas écouté mes prières et la nuit ne m’a pas demandé mon avis. Dominique a préparé un feu avec ce qui restait du fagot.
« Cette nuit, tu risques d’avoir un peu froid. »
J’ai pas réussi à répondre. Je suis resté là, bras ballants, sans savoir quoi dire ou quoi faire.
« Il ne faut pas être triste, Simon, a-t-elle soupiré.»
Je n’ai rien répondu alors elle a repris.
« Je ne veux pas que tu aies de la peine. C’est difficile pour moi aussi, tu sais?»
Moi, je n’ai rien répondu. Elle me semblait toute fragile malgré ses airs de fier à bras. Je l’imaginais seule à nouveau, sur son astéroïde, avec ses petites grenouilles, sa rivière et ses pivoines. Toute seule pour lutter contre ses plante à souvenirs.
Elle m’a désigné son sac.
« Ne t’inquiète pas pour moi. Maintenant, j’ai une bêche, ça sera peut-être plus facile…»
J’ai rien répondu.
« S’il te plaît, ne me rend pas les choses encore plus difficiles, m’a-t-elle murmuré. Il faut que je rentre. Là-haut, elles bouffent mon avenir, tu comprends ? Elles grignotent le peu d’espace que j’ai réussi à me créer pour survivre. Et puis, les pivoines ont besoin de moi.»
J’ai hoché la tête pas très vigoureusement. J’avais le cœur tellement gros que je le sentais cogner contre mes côtes. Elle a soulevé le sac. J’ai presque crié.
« Tu vas faire comment pour partir ?»
Elle a soupiré et a reposé le sac.
« Du concentré d’éclair d’or, Simon, tu sais bien… tu connais l’histoire, non?»
Elle s’est approchée de moi et m’a pris dans ses bras.
Quand je me suis réveillé, il faisait jour et déjà chaud. J’ai brusquement ouvert les yeux en sursautant. Je me suis souvenu. Dominique ! Mon cœur s’est affolé. J’ai bondi.

le flacon d'orJ’ai suivi ses traces jusqu’au sommet de la dune. Elle avait dû rejoindre sa planète parce que je n’ai retrouvé que le flacon.
Et une plume, plantée juste à côté.
A ce moment là, j’ai entendu le bruit d’un moteur. Je me suis retourné et j’ai vu une Jeep qui arrivait, avec Moz qui faisait de grands signes et qui s’est mis à klaxonner comme un dingue en me voyant. Il a stoppé à côté de l’avion, a sauté de la Jeep et s’est mis à courir vers moi.
Voilà.
«Et l’enveloppe brune ?» me direz-vous..
Ah oui… l’enveloppe brune.

 

 

enveloppe

« ah oui, l’enveloppe brune… »

Eh bien, j’ai ouvert l’enveloppe brune . A l’intérieur, il y avait treize pages avec quelques dessins. Ça racontait une histoire. Ça commençait par :
« Je m’étais mis à l’abri du soleil en me créant un coin d’ombre. J’avais tendu une bâche à partir de l’aile et coincé, à l’oblique, l’autre l’extrémité de la bâche en balançant des pelletées de sable. Il devait faire 50 là-dessous et il fallait une sacrée imagination pour avoir l’impression d’y être à l’ombre.
Mais j’avais une sacrée imagination…

7 commentaires

  1. Electron Libre · mai 3, 2016

    Pas de « à suivre », pas de « the end », un flash-back sur l’épisode 1… Mais rassure-moi, c’est pas fini !? La suite se passe sur AD 747 ? Et pourquoi 13 pages sinon. Resterait-il encore 4 épisodes ? Que d’interrogations ! J’imagine tout… c’est peut-être l’objectif d’un romancier(ère)… entraîner ses lecteurs vers l’imaginaire (ou entraîner l’imagination des lecteurs). Bon, j’enfile mes baskets et je me laisse transporter.

    J'aime

  2. l'excédée · mai 3, 2016

    Ben…je crains bien que la boucle ne soit bouclée… comme quoi on s’attache, hein…

    Aimé par 1 personne

  3. Electron Libre · mai 3, 2016

    Oui, oui, on s’attache. Et c’est grisant. Je te déclare la voyagiste proposant la meilleure offre d’évasion. Merci. Je resterai fidèle… Pas demain la veille que je résilie ma carte d’abonnement ! Tu vas m’avoir sur le dos un moment !!!

    J'aime

  4. l'excédée · mai 4, 2016

    (l’excédée rougissime) Qu’est-ce que je peux répondre à un truc aussi gentil ? Merci de permettre de m’évader moi aussi, merci de me lire, MERCI.

    Aimé par 1 personne

  5. sylviedenogent · mai 4, 2016

    Bonjour Christine,
    Alors pas de fin à cette histoire ? Une autre « histoire sans fin » ?
    Question vidéos, raconte-moi ce qu’ils t’ont fait comme misères. Je te vengerai en le disant sur mon blog 🙂
    Tu t’en sors pour la vidéo muette ?

    J'aime

    • l'excédée · mai 4, 2016

      La video « examen blanc » que j’ai appelée « balles à blanc » est sur l’autre site (voir le lien « bidouilles2016, en haut de cet épisode), j’ai dû expliquer en dessous dans une réponse à un comment, ce qui n’allait pas. Pour le devoir 1 (le vrai) j’ai tourné les rushes ce matin…

      Aimé par 1 personne

  6. izabelleb · mai 4, 2016

    Noooooon? déjà fini? mais, c’était un rêve?… ah non, il y a la lettre… c’est quoi la morale de l’histoire?…
    Sauf à ne pas arrêter de penser au Petit Prince (que je me dis qu’il faut que je le relise), je n’arrive pas à terminer cette histoire, môa. Parce que en vrai, j’ai toujours besoin de finir une histoire – d’ailleurs quand j’étais petit, je cherchais toujours le POINT pour aller manger (ça énervait môman 🙂 )
    Bientôt Louise? Elle ira sur A417 (oups j’sais plus)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s