L’avaleur n’attend pas (16)

« L’intrigue et le style, voilà ce qui caractérise tout  l’œuvre (1) de Christine » (Georges Simenon)

J’ai décidé, il y a quatre secondes, de rajouter des notes en bas de page. Ça fait chic, les notes en bas de page !  On a tout de suite l’impression de lire un truc sérieux, quelque chose qui se situe entre Wikipédia et un article de Frédéric Lordon (2) dans le « Monde Diplo ».

Sinon, est-ce que je vous ai dit que je participe au MOOC organisé par Isabelle B. « réussir à trouver le crayon, pour ouvrir les images dans un pop-up  juste en cliquant dessus » ? (niveau 1). Du coup, je mène cinq activités de front : écriture de l’épisode suivant, bidouillage des illustrations, réalisation de la video image par image, exercices d’application du MOOC évoqué ci-dessus, et surtout  invention de prétextes divers, mais plausibles, pour repousser la date de mon départ en vacances de quelques jours.

 Résumé : Dominique a mal à la tête.

Verduret était attablé devant sa bassine de Proutch qu’il sauçait de sa large tartine de Tordj’mil. Dominique chipotait son chou du bout de sa cuillère.

«  Allez, Dominique, ne vous laissez pas abattre ! Est-ce que je me laisse aller, moi ? »  attaqua Verduret tout guilleret. Dominique ne lui fit pas remarquer qu’on l’avait vu sangloter dans la cellule quelques heures auparavant. Il se contenta de soupirer, soulevant de petites vagues à la surface du bouillon.

«  Je connais bien Louise, continua Verduret. Che n’est pas dou tou chon chenre, poursuivit-il en croquant dans une couille de dauphin. J’vous parie que sa petite histoire avec Blépaphore ne va pas durer très longtemps, ponctua-t-il en se resservant du chou.
– N’empêche qu’elle est pas là ! grommela Dominique. On sait même pas où elle est ! Elle nous laisse en plan, y en a plus que pour Blépaphore. Et Blépaphore par ci et Blépaphore par là, singea Dominique en prenant une voix minaudante. Et sa tenue ? Par les Saints Cartilages, Verduret, vous avez vu la tenue qu’elle a mise pour aller dîner ce soir ? s’insurgea Dominique.
– Vous voulez parler du minuscule short bleu , du peignoir en satin orange et de l’adorable paire de bottines de boxeur ?  (A cette évocation, Verduret se mit à sourire niaisement , il commença même à faire quelques bulles.) Louise a toujours des tenues éminemment esthétiques, résuma Verduret .
– Oui mais bon, c’est pas une tenue, je dis ! » Dominique se renfrogna.

A la fin du repas, Verduret émit le vœu d’aller rejoindre une soubrette de sa connaissance et abandonna Dominique à ses lamentations élégiaques et vestimentaires. Dominique se traîna rue Platchik. Il but la moitié d’une bouteille de Gutha et s’effondra sur son lit.

principe foinIl était dans un carriole pleine de foin (3), la carriole tanguait doucement et c’était vachement agréable.
Mais le chemin devait aborder la campagne, et la carriole tanguait de plus en plus, il était maintenant secoué assez violemment sur une route pleine de cahots. Il était secoué ; il allait se… « Réveillez-vous, punaise, Dominique ! »  Louise le secouait avec énergie.
Dominique ouvrit les yeux, il avait un mal de tête phénoménal.

«  On peut pas vous laisser trois minutes, hein ? Il suffit que je m’absente pour que vous fassiez n’importe quoi ! Vous avez encore le sac de Dominique Yourmother ? ? » Louise virevoltait dans la pièce en babillant.
«  Allez Dominique, levez-vous, on a encore du boulot, faut aller récupérer le Miklar et le Nicéphore !
– Et Blépaphore ? Il est où ?
– Dans son lit, il dort.  Il s’est bien défendu le pauvre biquet, mais les meilleures choses ont une fin…ils finissent tous par dormir…» Louise fit un clin d’œil à Dominique qui haussa les épaules.

Dominique et Louise filaient maintenant vers le château de Diurne, Louise portait le sac de toile.

tomb1
«  Vous avez déjà joué à Tomb Raider ? demanda Louise
– Non, on n’a pas de jeux comme ça, ici.
– Et Matrix, vous connaissez Matrix ?
– Non, c’est quoi ?
– J’vais vous faire voir, ça s’appelle :  J’tomb Raid Pourlouiz  II! »

Louise, à ce moment-là, commença à courir, enchaîna deux rondades avant, puis, profitant de l’élan, se mit à courir en diagonale sur le mur, bondit à  nouveau à près de cinq mètres. Elle s’agrippa à un rebord de fenêtre, se rétablit et s’engouffra dans l’obscurité.

Elle repassa la tête par la fenêtre, balança une corde à Dominique et lui fit signe de monter à son tour.
«  C’est quoi cette fille ? » soupira-t-il.
(à suivre)

(1) « tout l’œuvre », je sais, ça sonne bizarre, mais si on parle de l’ensemble des œuvres d’un auteur, ça devient masculin.
(2) Frédéric Lordon, « le Monde diplo »,  blog la pompe à phynance
(3) Vous avez remarqué ? Dominique a un faible pour le foin depuis l’épisode 6,5 Hors-Série. Vous ne l’avez pas lu ? Vous ne le trouvez pas ?
Contactez-moi!

 

 

Un commentaire

  1. izabelleb · avril 3, 2016

    ah! mais…. t’y arrive pas!!!! j’suis nulle comme MOOCreuse. Tant pis! tu vas rester avec tes ‘tites zimages.
    Profite bien de tes vacances et, imagine plein de scénar pour nous.

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s