Non tantum…sed etiam (10)

« Elle écrit quand même des trucs plus rigolos que ce crâneur d’Homère ! » (Eschyle)

Je viens de découvrir la fonction « image à la Une ». Je m’étonnerai toujours. Si ça se trouve un jour, je comprendrai  à quoi sert »widget » ou comment utiliser les « pages parentes ». Au train où vont les choses,  ce blog aura une apparence de vrai blog dans même pas 20 ans.

Résumé : Blépaphore vient de destituer Nocturne, Louise a faim.

La foule brouhahatait toujours, c’est vrai quoi, c’est pas tous les jours qu’on assiste à une destitution. Obéissant à un claquement de doigts de Blépaphore, les gardes firent évacuer la salle. On repoussa tout le monde dehors et on ferma les grandes portes du palais.
Bon ça y est, on peut aller manger maintenant ? ” Louise avait rejeté sa coupelle en arrière, elle ressemblait furieusement à un Dji Haille un peu las. Dominique lui expliqua qu’à cette heure tardive, seule la Brasserie de l’Hôtel pourrait encore, peut-être, leur servir un Proutch.
« C’est quoi un Proutch ?
– Vous verrez, je vous laisse la surprise, mais c’est très bon… ” se rengorgea Dominique.
Arrivée à l’hôtel, Louise exigea d’aller se changer et envoya Dominique réserver une table et commander deux Proutchi. En montant dans sa chambre, Louise arracha au passage et au groom, une de ses fourragères dorées. Dans sa chambre, elle se fourra deux aspirines dans le bec et s’alluma une clope. Elle envoya dinguer ses bottes, se détogea, se déficela la mini-jupe, se dé-t-shirta. Elle écrasa la clope dans la coupelle dérobée au château de Blépaphore. Farfouillant dans son sac en plastique, elle en sortit triomphalement une grenouillère violine en polyéthylène non expansé qui devait peser 20 grammes à tout casser, un collant résille et ses escarpins. Une fois habillée, elle posa le cordon doré sur ses cheveux, regoba à tout hasard un comprimé de Doliprane, alluma une clope. “ Sûre que c’est de la daube ” songea-t-elle. Elle parlait du Proutch…
Louise repéra Dominique dans la Brasserie de l’Hôtel où quatorze tables étaient occupées, et fit une entrée plutôt remarquée puisqu’ elle provoqua : 12 interruptions de conversation, un accident cardio-vasculaire bénin, 10 débuts d’érection, 5 chutes de fourchettes, 2 gifles, une quasi noyade dans une assiette de bouillon de légumes, 3 jets de serviettes excédés sur la table, deux sifflements admiratifs et 11 “ je pourrais en faire autant si je voulais ” (féminins).
-Notons qu’en ce qui concerne la quasi noyade, on ne pouvait pas complètement la mettre sur le compte de la tenue de Louise, il s’agissait d’un très vieux monsieur très distrait.-
Dominique complètement cramoisi conseilla à Louise d’éteindre sa clope, on ne devait pas fumer avant de manger un Proutch, cela en altérait le goût.
Louise vit arriver un serveur titubant sous le poids d’un plateau recouvert d’une énorme jarre fumante. “ PROUTCH !! ” annonça-t-il fièrement. Puis déposant deux bassines devant Louise et Dominique, il entreprit de les servir.
Comment décrire un Proutch ? Pour ceux qui connaissent, le Proutch est de la famille du Bortchtch. Famille lointaine cependant, puisque le veau y est remplacé par de l’intestin de brebis, le bœuf par de la couille de dauphin de rivière, le chou par du chou et le chou par du chou. Ça a le goût de l’odeur, la couleur indistincte, et ça doit se manger très chaud. (Si c’est tiède, on se rend compte que c’est immonde, alors que si c’est brûlant, les papilles endommagées au second degré ne protestent plus.) (je rouvre la parenthèse pour préciser que certains connaisseurs le mangent froid en tranche au petit-dej’ mais qu’après ils vont vomir). (bon, je referme la parenthèse).
Vous trouverez là, la recette complète du Proutch, rédigée par « Patou45» dont la grand-mère originaire du Monte-Alto lui a transmis le secret. (Patou45 ne comprend pas grand-chose au feuilleton, mais elle s’y entend en cuisine et on peut lui faire confiance !)
Louise mangea tout, en redemanda, mangea tout, sauça l’assiette avec une galette au Tordj’mil, lécha l’assiette, même, sous les yeux éberlués de Dominique.
« Punaise, j’avais rudement faim . » Louise claqua de la langue et alluma une clope « Un café par là dessus, deux aspirines et dodo ! »  »
Pendant qu’elle buvait son café, elle demanda :
« Bon, on fait quoi demain ?
-Demain, on doit aller à la Présentation Diurne, puis au Musée de cire, ensuite on ira au concert voir si Dominique RDM y joue bien de la contrebasse.
-Mais pourquoi aller au Musée de cire ?
-Un de mes amis  travaille là-bas et pourra sans doute nous aider…
-Il s’appelle comment votre ami ?
-Dominique, Dominique Yourmother. Il est d’origine anglaise.
(à suivre)

4 commentaires

  1. izabelleb · mars 18, 2016

    Dji Haille : tu m’épateras toujours autant dans l’invention des noms. MDR!
    … euh, ça manque un peu d’action, là… mais, suis-je bête, c’est qu’elle avait faim! Je sens que le musée de la cire va nous faire fondre
    (Et sinon, j’px t’expliquer en off ce que sont les pages parentes. )

    J'aime

  2. l'excédée · mars 18, 2016

    Faut TOUT m’expliquer ! les pages parentes, et surtout s’il y a possibilité d’ajouter un bidule qui permet si on clique sur l’illustration de l’avoir et (de la voir) en gros plan !
    Pour la suite de l’action, je te propose (en off) de me proposer quatre mots : ceux que tu veux, les plus improbables, les plus farfelus et je m’arrange pour les utiliser dans l’épisode à venir ! chiche ? (euh, mais faut que je les ai aujourd’hui pour l’épisode de dimanche (de pelle à gâteau) !)
    A te lire, donc !

    J'aime

  3. patou45 · mars 21, 2016

    Pour moi une page parente c’est en un mot la cousine de l’article. C’est celle qui s’affiche pour ensuite y classer ses histoires inclassables. Mais comme tes histoires sont inclassables, tu n’as pas de raison d’y mettre une page parente, à moins que tu la dénommes Dominique Yourbrother, ce serait ainsi la page parente de Dominique Yourmother.

    J'aime

  4. l'excédée · mars 21, 2016

    Euh, toi va falloir causer meilleur de ma famille, hein…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s