Duralex sed lex (6,5)

etude mine de plomb

« Je l’avais dit à  Roubaud…  Christine,  nous aurions dû la coopter à l’Ouvroir !  » (Georges Pérec)

Concours photo ouvert à tous !
Pour les besoins du feuilleton, j’ai besoin de deux photos (si possible en couleur) (quand j’écris ce genre de formule, j’ai l’impression de vivre en 1965 et de demander un truc extraordinaire…)

Il y a donc deux catégories dans le concours.
Catégorie 1 : La photo d’une dame d’une soixantaine d’années, qui porte un gilet et si possible tient un parapluie (ouvert ou fermé).
Catégorie 2 : Une photo ou un photomontage de ce qui pourrait être le Châtiment de Tyran ( qui est, je vous le rappelle, le chef des envahisseurs du Monte-Alto en 1127)

Les deux photos gagnantes seront bidouillées dans les épisodes à venir.

Merci de me faire parvenir votre ou vos photos par mail, en précisant la catégorie dans laquelle vous concourez (encore que je doute fort que la photo de votre Tata Jacqueline en gilet représente le Châtiment de Tyran) (quoique…)
( Je tiens à présenter ici mes excuses anticipées à toutes les Jacqueline que j’aurais pu offenser.)
(Je dis ça juste parce que je sais ce que c’est d’avoir un prénom complètement tarte) (Oups, pardon !)
(Si je m’appelais Jacqueline et si j’avais une soixantaine d’années, j’aurais juste utilisé une de mes photos quand je porte un gilet, ç’aurait été plus simple que d’organiser un concours photo hein…).

Mais bon, si c’est pas votre tante et si elle ne s’appelle pas Jacqueline, c’est pas grave !

(c.fontvieille@orange.fr)

Résumé des épisodes précédents : D’après Nocturne, le Barondin est caché dans la chambre de Blépaphore et c’est Diurne qui a pris le Nicéphore. La porte de Dominique explose à nouveau.

Episode 6,5 :  Duralex sed lex

“ Punaise, voilà que ça recommence ” songea Louise.

Quant à Dominique, il ne songea rien puisque sa tête ayant été heurtée par un pan de porte, pardon, de table, il venait de s’évanouir.
“ C’est pas un peu fummmmph ” glouqua Louise à qui l’on venait d’appliquer du papier collant sur la bouche. “ fuuumppppppfffaaaammmmumf ” ajouta-t-elle avant qu’un sac en papier kraft ne lui fût enfoncé sur la tête. Elle n’ajouta plus rien, parce qu’elle s’était mise à bouder en signe de protestation. On la ficela en haut, en bas et même derrière.
Plus précautionneux que leurs prédécesseurs, les encagoulés portèrent Louise et Dominique et les balancèrent à l’arrière d’un camion qui, semblait-il, était rempli de paille. Le camion  se mit à cahoter péniblement sur les pavés. Quelques minutes plus tard, il s’immobilisa dans un affreux grincement. Le moteur fut coupé. Les portières scriiiiiiiiiiquèrent et Louise entendit les cagoulés se diriger vers l’arrière du camion et se hisser dans la benne.

camionpaille

camion des enleveurs

Les enleveurs se saisirent des enlevés et les portèrent  jusqu’au moment où ceux-ci furent délicatement posés par ceux-là, dans de la paille ( fraîche). Louise entendit une porte se refermer en grinçant, puis plus rien. Louise, au risque de filer ses bas, se contorsionna dans la paille et réussit à se mettre à genoux. Le plus dur restait à faire : la mini jupe était vraiment ajustée, (“ j’aurais dû mettre mon kilt Jean Paul Gaultier ”), et les bottes fourrées la rendaient pataude des pieds( “ j’aurais dû mettre des chaussures qui me rendent moins pataude des pieds ” ).

Dominique gisait toujours quelque part dans la paille, Louise l’entendait râler et geindre. “ Et s’il faut compter sur lui… ”. Dans un ultime sursaut, qui la fit ressembler pendant un dixième de seconde à une poule d’eau sodomisée par un cygne, Louise réussit à se retrouver sur ses pieds et à se redresser.Victoire dérisoirement courte, puisque sa tête heurta une poutre, ce qui eût pour effet : de lui faire mal, de la mettre en colère, de la renvoyer dans la paille.
“ J’en ai ma claque de la campagne, de la paille et des poutres, moi ! ” pensa-t-elle avec amertume et une pointe d’agacement.
Recommençant l’opération, dont je tairai les affligeants détails, Louise réussit à se retrouver sur ses pieds et semi accroupie, sautilla latéralement telle une grenouille hémiplégique. Louise se posa ensuite la tête sur les genoux, car c’était une fille souple et qu’elle en avait marre d’avoir la tête dans un sac en papier (kraft).
La tête une fois dégagée, elle sautilla jusqu’à l’établi, où, comme par hasard, elle put trouver une lame de scie circulaire. S’étant libéré les mains, elle se libéra les pieds, car c’était une femme libérée. Pour la bouche, cela prit un peu plus de temps. Le gros scotch adhérait à ses cheveux, et ça faisait vachement mal. (“ punaise, ça fait vachement mal ! ”)
Dominique, quant à lui, fut rapidement localisé dans le tas de foin. Ses pieds dépassaient. Comme à son habitude, il était légèrement comateux. Louise le dégagea un peu du fourrage et décida de se débrouiller seule.
L’exploration minutieuse de la grange lui révéla que celle-ci n’avait qu’une porte, hermétiquement close de l’extérieur, qu’elle contenait néanmoins quelques objets susceptibles de lui être utiles, ne recelait aucune Jaguar Type-E même en mauvais état.
Louise farfouinant toujours, rassembla assez rapidement en un monticule hétéroclite : un seau percé, une faucille, un marteau, un manche de pioche, douze mètres de ficelle, la lame de scie circulaire, une boîte en bois contenant des clous rouillés, un bidon d’huile de colza à moitié vide, une chambre à air de bicyclette, un pot de vernis à bibliothèque à moitié plein.

bidonscieclou
Louise se gratta la tête.“ Qu’est-ce que je vais bien pouvoir fabriquer avec tout ça ? ”

(à suivre)

3 commentaires

  1. moocreflexion · mars 8, 2016

    Dis voir, … il ne serait pas un peu misandre ton feuilleton ? Dominique est souvent en posture « légèrement » dégradante, et Louise LA Macgyver vedette de la série.

    Signé : l’Oulipote de blog qui n’aura jamais le prix Nobel parce que Madame Nobel, sa poule d’eau, a rencontré un cygne et que ce cygne était mathématicien. La vengeance du cornu !
    PS : Encore une fois, les mathématiciens ont été « oubliés » dans l’acronyme de l’Ouvroir. Je pense pourtant qu’un mathématicien reste plus performant qu’un littéraire pour construire et maîtriser un labyrinthe. Sur le MOOC SAW, en tout cas, MOI, je fais partie du groupe des rats qui ont réussi le projet ! Et pan pour les littéraires !
    PS 2 : curieuse d’abord cette association de ces 2 disciplines qui me semble ne pas avoir la même agitation du cerveau !
    PS 3 : j’apprends beaucoup de choses. Faut continuer.

    Aimé par 1 personne

  2. l'excédée · mars 8, 2016

    Il faut se rendre à l’évidence, Louise EST l’héroïne de ce feuilleton…(dans le prochain, ça sera un homme, je suis pour la parité dans le ridicule).
    En ce qui concerne l’oulipo, les deux conditions sont nécessaires (mais pas suffisantes). Il y a des articles très bien sur wikipédia (notamment sur les contraintes d’écritures, c’est d’ailleurs pour cela que le concours photo est organisé.)
    Quant à moi, je suis une littéraire dure à tendance mathématique molle. (c’est terrible !)
    Bises!

    Aimé par 1 personne

  3. patou45 · mars 11, 2016

    Je lis entre les lignes parfois, du coup j’ai un peu de mal à tout comprendre. Mais par contre j’ai vu le concours photo et là je me suis dis « quelle chance j’ai ! enfin un concours photo pour moi » j’espère que je ne vais pas être hors sujet. Je postule pour la catégorie 1. Pour la 2 je ne suis pas sûre de retrouver dans mon grenier des photos aussi vieilles. Je cherche Jacqueline et je te la poste en MP. Chouette je suis très excitée de gagner, mais au fait on gagne quoi ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s